Stationnement pendant l'hiver en effet du 1 novembre au 31 mars

Communiqué de presse 15 décembre 2017

15 décembre 2017

Comme suite aux événements récents, nous croyons qu'il est important de clarifier la situation qui prévaut au sein du conseil de la ville de Dalhousie.

Nous vous prions de nous excuser en raison de la situation actuelle que nous espérions résoudre afin d’aller de l’avant. Le Conseil voulait essayer de régler la situation à l’interne, ce qui fait que le conseil n’a pas réagi publiquement, mais en raison des médias sociaux la situation est devenue hors de contrôle.

Il est très important à ce moment-ci que les citoyens connaissent les faits réels de cette et histoire par rapport à ce qui apparait sur Facebook. Depuis le début, le maire et les conseillers n’ont pas réagi aux commentaires sur Facebook car ce n’est pas le moyen que privilégie un conseil municipal.

Nous détaillerons les procédures du Conseil ci-dessous.

Conseiller Maloney
Pour être honnête envers le conseiller Maloney, il faut dire qu’il avait de bonnes idées et qu’il semblait avoir de bonnes intentions. Cela dit cependant, le conseiller Maloney ne pouvait pas accepter le fait que nous sommes en démocratie et que l’on ne peut pas toujours avoir gain de cause. Conséquemment, le conseiller Maloney avait un comportement d’intimidation en élevant la voix, en utilisant un langage grossier et en ridiculisant d’autres membres du conseil en faisant allusion ironiquement à leur profession. Il ne manquait pas une occasion de rappeler au conseil qu’il avait l’expertise en négociation en tant que représentant syndical depuis plus de 40ans! Le conseiller Maloney se remémore le passé et ne réalise pas que les réunions d’un conseil municipal ne fonctionnent pas nécessairement comme celles des syndicats... Quand les discussions ne vont pas à sa manière, le conseiller Maloney s’en prend alors à toute personne qui interagit avec lui.

Lors de ses premiers mois au Conseil, il a insulté publiquement un employé pendant une réunion de la ville et à nouveau un autre employé pendant une réunion de comité. À maintes reprises, le conseiller Maloney a critiqué les employés, le maire et les conseillers pour des agissements ou des erreurs... En exemple, il y a eu la fois où un message a été envoyé à l’ensemble du conseil demandant qui pourrait assister à un événement au Parc Rotary de Dalhousie. Le message courriel fut expédié à deux reprises; une fois par le maire et une fois par l’adjointe administrative. Pour une raison ou une autre, le message n’a pas été bien compris par les conseillers et par conséquent personne n’a assisté à l’événement. Tous et chacun pensait que quelqu’un allait y aller, alors personne n’était présent. C'était une erreur, cela arrive et nous avons pris des mesures pour nous assurer que cela ne se reproduit plus. Le conseiller Maloney n'a pas pu comprendre ou accepter cette erreur et a décidé qu'il serait bon de faire honte au greffier-trésorier et à l'adjointe administrative en annonçant qu'ils n'ont pas fait leur travail, alors qu'en fait nous avons les copies du courriel et la date d’envoi. Le conseiller Maloney était inclus dans la correspondance, mais il n'admettrait jamais qu'il était aussi coupable que les autres. Nous pouvons tous faire des erreurs, mais nous devons apprendre de celles-ci. Il y a d'innombrables exemples sur Facebook où le conseiller Maloney a transformé les discussions de remue-méninges en FAITS...

Le conseiller Maloney a commencé son propre sondage sur la relocalisation du magasin de crème glacée sans que le conseil municipal ait pris la décision de le relocaliser. Le conseiller Maloney a pris une idée d'une discussion informelle et l'a sortie de son contexte, ce qui a provoqué une escalade de mensonges et d'insinuations.

Le conseiller Maloney a rabaissé et humilié les employés à de nombreuses reprises sur la page Facebook de « Dalhousie and Area » et ces commentaires étaient déplacés et offensants. Une autre preuve, parmi tant d'autres , est une citation du conseiller Maloney publiée le 21 juin 2017. “Well if one looks at the amount of staff working at the Town Hall, including senior staff there is always someone off” [eh bien, si l'on regarde la quantité de personnel qui travaille à l'hôtel de ville, y compris les cadres supérieurs, il y a toujours quelqu'un en congé].

Ceci est une chose étrange à commenter à propos des congés des employés, puisque le conseiller Maloney n'a pas mis les pieds dans le bâtiment depuis qu'il siège au conseil, sauf aux réunions le soir. Enfin, il y a de nombreux courriels dans lesquels il a insulté le personnel et le Conseil que nous n'allons pas aborder ou partager publiquement.

Une fois élus, tous les membres du conseil et le maire ont signé une affirmation qui se lit comme suit:

En vertu des fonctions de mon travail à titre de représentant élu de la Ville de Dalhousie et en vertu de la Loi sur le droit à l’information et la protection de la vie privée dont la ville est sujette,

Je, _________________________ affirme solennellement et sincèrement que je ne divulguerai aucun renseignement personnel ou confidentiel que la municipalité recueille, sauf : lorsqu’il est nécessaire pour moi de le faire, que je suis ainsi autorisé(e), et seulement à ceux et celles qui sont en droit et doivent connaître de tels renseignements pour accomplir leur travail.

Le conseiller Maloney a violé cette affirmation en affichant des noms d'employés, en partageant des renseignements personnels et même en publiant des courriels privés entre le maire et les conseillers.

Ce ne sont là que quelques exemples de la conduite du conseiller Maloney que le maire, le conseil, les employés ainsi que les membres du conseil d'administration de CDCD et du Recreaplex ont eu à affronter au cours des 18 derniers mois.

Il y a une fine ligne entre la transparence et la fuite d'informations sensibles.

Contrairement à ce que les gens pensent, le maire essayait en fait d'aider le conseiller Maloney. Il disait souvent que son cœur était au bon endroit, mais il avait besoin de se composer un peu. Le maire a également déclaré cela lors d'une réunion publique.

En réalité les conseillers et les employés ont demandé au maire à maintes reprises de prendre des mesures pour arrêter le conseiller Maloney de se livrer à des intimidations et d'afficher continuellement des insultes et de diffuser de fausses informations sur les projets, le personnel, etc.

Faits:
Lors de la réunion publique du 18 septembre et plusieurs autres fois en comité, le maire a demandé au conseiller Maloney d'arrêter de publier des informations incomplètes et inexactes sur les activités de la ville ainsi que des informations sensibles sur Facebook. Le conseiller Maloney a catégoriquement refusé.

Il a été rappelé que toute divulgation officielle d'information devait venir du maire ou sanctionné par lui, puisque le maire est la voix du Conseil. Après cette réunion, le conseiller Maloney a mentionné qu'il serait absent pendant un certain temps pour des raisons personnelles. Tout conseiller présent ou non peut ajouter des éléments à un ordre du jour d'un comité privé ou public. Le conseiller Maloney, comme tous les autres conseillers, a un suppléant nommé en cas d'absence.

Le 16 novembre, le conseiller Maloney a envoyé un courriel au maire et au conseil pour leur demander d'ajouter quatre points de discussion à l'ordre du jour de la réunion publique du 20 novembre. Le maire lui répond que ces questions doivent être discutées lors d'une réunion privée ou de comité et lui demande d'ajouter ces points au prochain comité ou à une réunion privée en décembre pour traiter des questions confidentielles telles que le personnel et la convention collective conformément au paragraphe 10.2 (4) de la loi sur les municipalités. 

À la réunion publique du 20 novembre, le maire convoque la réunion à l'ordre. Le conseiller Maloney a immédiatement présenté sa liste de points à ajouter à l'ordre du jour, même s'il avait été demandé de procéder différemment. Le maire a refusé en raison du fait que le conseiller Maloney avait déjà reçu l'ordre de soumettre ces questions au prochain comité ou à une réunion privée pour discussion, comme c'est la pratique courante en matière de gouvernance municipale, conformément à la loi sur les municipalités.

À cette réunion, le maire a estimé que le conseiller Maloney était allé assez loin avec ses remarques calomnieuses, ses insultes et son attitude insubordonnée et a décidé de l'exclure de toute réunion du conseil jusqu'à ce qu'il présente ses excuses au conseil, au greffier-trésorier, aux employés, au CDCD et au conseil d'administration du Recreaplex. Il doit cesser d’afficher sur les médias sociaux et qu’il communique de manière ordonnée. Le conseiller Maloney a quitté sa chaise et a donné le geste du doigt au maire et est resté à la réunion. Après la réunion, il a eu des discussions avec plusieurs membres du Conseil ainsi qu'avec le greffier-trésorier. Il est ensuite parti sans incident.

Procédure:
À la ville de Dalhousie, les points à discuter ou nécessitant une décision sont soulevés lors d'une réunion privée ou publique de comité. Toutes les décisions et recommandations des réunions du comité sont ensuite présentées pour être adoptées ou rejetées par le Conseil lors de la réunion publique suivante.

Conformément au paragraphe 10.2 (4) de la loi sur les municipalités, certains éléments ne peuvent être discutés en public, tels que; les employés, les transferts de terrains, les renseignements qui pourraient causer des pertes ou des gains financiers, pour n'en nommer que quelques-uns.

Le conseil de la ville de Dalhousie respecte l’arrêté 103-08 pour toutes les procédures du conseil concernant l'ordre et l'envoi des affaires aux réunions du conseil et aux réunions des comités.

Conclusion:
Le comportement du conseiller Maloney est discutable depuis son élection. Il a souvent utilisé un langage grossier, des gestes, des insultes à plusieurs reprises envers le maire, le greffier-trésorier, ses collègues et employés. De plus, il a même insulté des femmes et des hommes d'affaires de la ville qui font du bénévolat au conseil d'administration de CDCD et du Recreaplex. Ce sont des gens qui donnent de leur temps pour aider à améliorer notre région et nos entreprises dans notre communauté.

Les bénévoles sont à la base de toutes les municipalités du Canada et devraient être respectés par tous et toutes.

La décision de suspendre le conseiller Maloney était unanime et entièrement appuyée par l'ensemble du Conseil.

Afin de revenir en tant que membre actif du Conseil, il doit s'excuser publiquement auprès de tous ceux et celles qui sont mentionnés et s'abstenir d'afficher toute information liée à la ville, de nature sensible sur les médias sociaux et de communiquer de façon ordonnée.

Le conseiller Maloney peut alors reprendre ses fonctions et le maire et le conseil sont prêts à travailler avec lui. Si le conseiller Maloney refuse de se conformer, il restera en suspension et ne sera pas autorisé à assister aux réunions du conseil.

Aucun employeur, conseil, organisme ou autre n'accepterait que quelqu'un soit irrespectueux, n’utilise un langage injurieux et blasphématoire envers les autres. Le maire, le conseil et les employés de la ville de Dalhousie n’ont pas à l’accepter non plus!

Merci de votre compréhension,
Maire et conseil
Ville de Dalhousie

Liens:
Loi sur les municipalités du Nouveau-Brunswick
http://laws.gnb.ca/fr/ShowTdm/cs/M-22//

Arrêté de la Ville de Dalhousie
http://www.dalhousie.ca/fr/node/1721
  

Évenements à venir

Marché Bon Ami

Vendredi le 27 Juillet, 2018

Réunion mensuelle des comités

Lundi le 13 Août, 2018

Réunion mensuelle des comités

Lundi le 10 Septembre, 2018

Réunion mensuelle des comités

Lundi le 8 Octobre, 2018

Réunion mensuelle des comités

Lundi le 12 Novembre, 2018

Festivals à venir

Logo Bon Ami Festival

Festival Bon Ami

27 Juillet 2018 - 5 Août 2018